Affichage obligatoire, ce qui a changé

Le premier ministre, après avoir entendu la section sociale du conseil d’État a décidé, dans la droite ligne de la loi travail, de réformer les règles d’affichage obligatoire dans les entreprises.

Affichage obligatoire, l’évolution

le Décret n° 2016-1417 du 20 octobre 2016 relatif à la simplification des obligations des entreprises en matière d’affichage et de transmission de documents à l’administration se divise en deux tires :

SIMPLIFICATION DES OBLIGATIONS EN MATIÈRE D’AFFICHAGE OBLIGATOIRE

et

SIMPLIFICATION DES OBLIGATIONS EN MATIÈRE DE TRANSMISSION DE DOCUMENTS À L’ADMINISTRATION

Nous ne nous occuperons ici que du premier titre.

Il est divisé en 10 articles, chacun venant éditer des dispositions légales antérieures.

Ci dessous vous trouverez en texte de couleur noire la version actuelle avec en gras les passages nouveaux. Sous la version actuelle, sera présentée l’ancienne version en bleu clair.

Article 1 qui modifie l’article R1251-9 (C. du Trav.)

L’entreprise de travail temporaire informe, par tout moyen, les salariés temporaires de chaque établissement :

1° De la communication d’informations nominatives contenues dans les relevés de contrats de mission à Pôle emploi et au directeur régional des entreprises, de la concurrence, de la consommation, du travail et de l’emploi territorialement compétent ;

2° Des droits d’accès et de rectification prévus aux articles 39 et 40 de la loi du 6 janvier 1978 susvisée que peuvent exercer les intéressés auprès de Pôle emploi et du directeur régional mentionné au 1°.

L’entreprise de travail temporaire affiche, dans chacun de ses établissements, un avis informant les salariés temporaires :

1° De la communication d’informations nominatives contenues dans les relevés de contrats de mission à Pôle emploi et au directeur régional des entreprises, de la concurrence, de la consommation, du travail et de l’emploi ;

2° Du droit d’accès prévu à l’article 34 de la loi n° 78-17 du 6 janvier 1978 que peuvent exercer les intéressés auprès de l’établissement précité et des directions départementales mentionnées au 1°.

Article 2 qui modifie l’article R1321-1 (C. du Trav.)

Le règlement intérieur est porté, par tout moyen, à la connaissance des personnes ayant accès aux lieux de travail ou aux locaux où se fait l’embauche.

Le règlement intérieur est affiché à une place convenable et aisément accessible dans les lieux de travail ainsi que dans les locaux et à la porte des locaux où se fait l’embauche.

Article 3 qui modifie l’article R2262-3 (C. du Trav.)

Un avis est communiqué par tout moyen aux salariés.

Cet avis comporte l’intitulé des conventions et des accords applicables dans l’établissement. La mention générique « Accords nationaux interprofessionnels » peut être substituée à l’intitulé des accords de cette catégorie.

L’avis précise où les textes sont tenus à la disposition des salariés sur le lieu de travail ainsi que les modalités leur permettant de les consulter pendant leur temps de présence.

Un avis est affiché aux emplacements réservés aux communications destinées au personnel.

Cet avis comporte l’intitulé des conventions et des accords applicables dans l’établissement. La mention générique « Accords nationaux interprofessionnels » peut être substituée à l’intitulé des accords de cette catégorie.

L’avis précise où les textes sont tenus à la disposition des salariés sur le lieu de travail ainsi que les modalités leur permettant de les consulter pendant leur temps de présence.

Article 4 qui modifie l’article R3134-2 (C. du Trav.)

La décision du préfet prévue à l’article L. 3134-8 est tenue à la disposition de l’inspection du travail sur le lieu de travail. Elle est communiquée, par tout moyen, aux salariés.

La décision du préfet prévue à l’article L. 3134-8 est tenue à la disposition de l’inspection du travail sur le lieu de travail. Elle est affichée sur le lieu de travail.

Article 5 qui modifie l’article R3172-1 (C. du Trav.)

Dans les entreprises et établissements dont tous les salariés sans exception ne bénéficient pas du repos hebdomadaire toute la journée du dimanche, l’employeur communique, par tout moyen, aux salariés les jours et heures de repos collectif attribués à tout ou partie d’entre eux :

1° Soit un autre jour que le dimanche ;

2° Soit du dimanche midi au lundi midi ;

3° Soit le dimanche après-midi sous réserve du repos compensateur ;

4° Soit suivant tout autre mode exceptionnel permis par la loi.

L’employeur communique, au préalable, à l’agent de contrôle de l’inspection du travail, cette information et les modalités de la communication aux salariés qu’il envisage de mettre en œuvre.

Dans les entreprises et établissements dont tous les salariés sans exception ne bénéficient pas du repos hebdomadaire toute la journée du dimanche, l’employeur affiche les jours et heures de repos collectif attribués à tout ou partie des salariés :

1° Soit un autre jour que le dimanche ;

2° Soit du dimanche midi au lundi midi ;

3° Soit le dimanche après-midi sous réserve du repos compensateur ;

4° Soit suivant tout autre mode exceptionnel permis par la loi.

L’affiche est facilement accessible et lisible et un exemplaire est adressé, avant affichage, à l’inspecteur du travail.

Article 6 qui modifie l’article R3172-9 (C. du Trav.)

En cas de suspension du repos hebdomadaire en application des articles R. 3172-6 à R. 3172-8, l’employeur communique par tout moyen, aux salariés, la copie de l’information transmise à l’agent de contrôle de l’inspection du travail.

En cas de suspension du repos hebdomadaire en application des articles R. 3172-6 à R. 3172-8, la copie de l’avis est affichée dans l’établissement pendant toute la durée de la dérogation.

Article 7 qui modifie l’article R3221-2 (C. du Trav.)

Les dispositions des articles L. 3221-1 à L. 3221-7 du code du travail sont portées, par tout moyen, à la connaissance des personnes ayant accès aux lieux de travail, ainsi qu’aux candidats à l’embauche.

Il en est de même pour les dispositions réglementaires pris pour l’application de ces articles.

Dans les établissements où travaillent des femmes, le texte des articles L. 3221-1 à L. 3221-7 sont affichés à une place convenable aisément accessible dans les lieux de travail ainsi que dans les locaux ou à la porte des locaux où se fait l’embauche.

Il en est de même pour les dispositions réglementaires pris pour l’application de ces articles.

Article 8 qui modifie l’article R3222-3 (C. du Trav.)

Le fait de ne pas communiquer, dans les conditions prévues par l’article R. 3221-2, les articles relatifs à l’égalité de rémunération entre les femmes et les hommes, est puni de l’amende prévue pour les contraventions de la troisième classe.

Le fait de ne pas afficher dans les lieux de travail ainsi que dans les locaux ou à la porte des locaux où se fait l’embauche, les articles relatifs à l’égalité de rémunération entre les femmes et les hommes, conformément aux dispositions de l’article R. 3221-2, est puni de l’amende prévue pour les contraventions de la troisième classe.

Article 9 qui modifie l’article R4616-3 (C. du Trav.)

Cet article a été finalement abrogé le 29 décembre 2017.

Lorsqu’une instance de coordination est mise en place, la liste nominative de ses membres est communiquée par tout moyen aux salariés de chaque établissement concerné par le projet commun.

Elle indique la qualité, les coordonnées et l’emplacement de travail habituel des membres de l’instance.

Lorsqu’une instance de coordination est mise en place, la liste nominative de ses membres est affichée dans les locaux affectés au travail de chaque établissement concerné par le projet commun.

Elle indique la qualité, les coordonnées et l’emplacement de travail habituel des membres de l’instance.

Article 10 qui modifie l’article R7123-15 (C. du Trav.)

Pour l’application de l’article L. 7123-15 et dans le cadre du contrôle de son activité, l’agence de mannequins porte à la connaissance de chaque mannequin, de chaque utilisateur et de la direction régionale des entreprises, de la concurrence, de la consommation, du travail et de l’emploi du lieu d’exercice de l’activité :

1° Les modalités de facturation permettant d’identifier la part consacrée à la prestation du mannequin au sens de l’article L. 7123-2 ;

2° Au titre des activités ou professions susceptibles d’entraîner une situation de conflit d’intérêts, le détail des mandats sociaux exercés par chaque dirigeant, dirigeant social, associé et salarié indiquant la nature de l’activité ou la qualité de mandataire social, l’adresse d’exercice de l’activité ou le siège de la société dont il est mandataire. Ces informations sont portées, par tout moyen, à la connaissance du public et des salariés.

Pour l’application de l’article L. 7123-15 et dans le cadre du contrôle de son activité, l’agence de mannequins porte à la connaissance de chaque mannequin, de chaque utilisateur et de la direction régionale des entreprises, de la concurrence, de la consommation, du travail et de l’emploi du lieu d’exercice de l’activité :

1° Les modalités de facturation permettant d’identifier la part consacrée à la prestation du mannequin au sens de l’article L. 7123-2 ;

2° Au titre des activités ou professions susceptibles d’entraîner une situation de conflit d’intérêts, le détail des mandats sociaux exercés par chaque dirigeant, dirigeant social, associé et salarié indiquant la nature de l’activité ou la qualité de mandataire social, l’adresse d’exercice de l’activité ou le siège de la société dont il est mandataire. Ces informations sont portées à la connaissance du public et des salariés par voie d’affichage interne et sur le site internet de l’agence, s’il existe.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *