0

Mieux référencer le site internet

La petite fabrique vend ses produits en ligne. Pour se développer, il faut donc être visible sur internet. C’est pourquoi en 2018 la petite fabrique va se lancer dans un effort massif pour être mieux référencée sur les moteurs de recherche que sont Google et autres gafas. Cet effort va consister à produire du contenu de qualité, à utiliser plus avant les réseaux sociaux avec du contenu graphique, mais avant cela, il convient de savoir d’où on part.

Les services d’analyse du web

Avant de produire l’effort, il est important de savoir d’où l’on part. Pour cela, il existe plusieurs outils intéressants:

L’analyse des métrics de MOZ

En informant l’url du site par exemple www.petite-fabrique.fr on obtient ça  (au 21/11/2018):

domain authority

https://moz.com/researchtools/ose/  offre ce service 4 fois gratuitement par jour.

Autres types d’informations utiles

Un autre site permet d’avoir différentes informations complémentaires pour mieux découvrir toutes les variables sur lesquelles on doit jouer pour améliorer son référencement.

Dans le site smallseotools.com, j’aime bien leur page rank checker, même si les débuts sont décevants.

Une fois que le bilan de la situation initiale a été dressé, il faut passer à l’action.

Produire du contenu de qualité

Google, qui reste le moteur de recherche sur internet le plus utilisé, demande à ce que les sites internet et les blogs produisent au moins deux articles par mois, d’une longueur de plus de 400 mots, pour le prendre au sérieux.

Il va donc falloir se mettre à taper 🙂 votre clavier.

Mais Google ne demande pas que cela, il veut aussi des images correctement nommées pour agrémenter le texte. Si en plus vous ajoutez une vidéo, on rentre presque dans le jardin d’Eden.

Les mots clés

Certains parlent de respecter un niveau de mots clé optimum, d’autres déconsidèrent la chose. Après de nombreuse recherches sur le sujet, j’ai tendance à croire qu’il faut écrire son texte, sans se fixer de limites à atteindre. Lorsque l’on veut avoir un haut niveau de présence de mots clés, le texte à tendance à perdre en qualité.

Pour ce qui concerne le mots clés, je me contente de déterminer les bon mots clés avec l’outil de google. Cela peut paraître rustique comme fonctionnement, mais cela donne une bonne idée de la chaîne de mots que la plupart des gens utilisent en cherchant quelque chose sur google.

mots clés

Par exemple lorsque une personne tape « registre » dans google, (il ne faut pas prendre en compte les suggestions en violets qui sont personnelles), une majorité cherche le « registre des entreprises », ensuite « du commerce », ensuite « foncier »….

Il est également possible d’utiliser les outils d’adwords qui permettent d’avoir des informations plus précise, mais ce sera l’objet d’un autre article.

Le plagiat ni de violation de droit d’auteur

Google veut du contenu unique, c’est à dire du contenu qui n’ait pas déjà été publier sur internet. Étant donné que je me charge moi-même de la rédaction des articles, pas de problème la dessus. Par contre, il peut arriver qu’une image trouvée sur internet s’égare et finisse dans un contenu, et en dehors du risque juridique d’utiliser une création de l’esprit de quelqu’un d’autre, l’utilisation d’une image déjà publiée ailleurs peut impacter le référencement.

Obtenir des backlinks de qualité

C’est là où le travail se complique. Produire du contenu c’est bien beau, mais si l’on produit un contenu de qualité, il est crucial que quelqu’un le consulte. Et pour qu’il soit consulté, il faut que des référents dirige les internautes vers votre site.

Les référents sociaux.

Une grande partie du travail à venir, mais qui a déjà commencé, consiste à « réseauïfier » le contenu déjà présent et à automatiser la mise en ligne sur les réseaux sociaux des suivants. La petite fabrique est présente sur facebook, aussi un peu sur twitter.

 

 

 

 

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *